Entreprise Digitale Éco-responsable
Comment le devenir ?


Classement Major de Promotion 2018
Catégorie Académique, Mémoire de fin de Mastère 2
Client École Supérieure du Digital
Soutenance orale Septembre 2018

1. Hello World !

Je suis Jérémie Jung, un jeune homme de 26 ans à la fois curieux et dynamique. Étudiant en Master 2 Création Digitale à l’École Supérieure du Digital, je réalise mon Mémoire de fin de Mastère 2 sur un sujet que j’affectionne tout particulièrement : l’éco-responsable dans le digital à l’ère du tout numérique.

Amoureux de Mère Nature depuis toujours (cf photo ci-dessous) et végétarien depuis maintenant plus de deux ans, mes valeurs ainsi que ma vision du Monde et de l’Autre évoluent constamment et continuellement.

Notamment sensible à l’écologie, à l’éco-conception et à l’éthique dans tous types de conceptions, je cherche perpétuellement des méthodes et des procédés dans le but de diminuer au maximum l’impact de ma vie et notamment l’impact de ma vie digitale.

Étudiant alternant pendant plus d’un an, j’ai eu la chance et l’opportunité de travailler chez un grossiste de bijoux fantaisie situé à Lyon dans le somptueux quartier de Foch. Dans cette boutique physique aussi présente sur le web, j’apprécie en apprendre plus sur le e-commerce ainsi que sur la création de bijoux. De plus, grâce à mes interventions et au soutien remarquable de mon maître de stage, nous avons vu les ventes Internet de la boutique croître de 1000% en moins d’un an, ce qui me prouve que je suis capable de comprendre des situations complexes et de réagir en fonction.

Cette expérience représente la plus longue période de travail professionnel dans le monde du digital que j’ai pu avoir jusqu’ici. Elle me permet de cibler mes aspirations professionnelles et de mettre en exergue une valeur que je souhaite absolument porter dans mon activité : l’écologie.

Désormais à la recherche d’un travail dans une entreprise partageant mes valeurs morales et éthiques, j’observe que de plus en plus de sociétés digitales se disent écologiques, responsables, et déonthologiques. C’est avec regret que je me rends compte que beaucoup d’entreprises pratiquent soit le greenwashing — pratique de marketing trompeuse que nous verrons tout à l’heure — soit sont peu informées et pensent réaliser des actions écologiques suffisantes et rationnelles.

Cependant, pour être véridiques, les entreprises prônant des valeurs écologiques et responsables se doivent d’être infaillibles, en garantissant une transparence totale de leurs produits, services, et supports de communication vis-à-vis de leurs clients, prospects, collaborateurs, et fournisseurs. C’est tout un ensemble de règles inaliénables et indissociables qui doivent être mises en œuvre afin de prouver la bonne intention environnementale et sociétale de l’entreprise digitale éco-responsable.

Ainsi, je souhaite informer et accompagner les entreprises présentes sur le web — la vôtre ? — à opter pour les meilleurs choix écologiques et sociétaux et ainsi devenir une entreprise éco-responsable véritable et transparente.

Le jeune Bouboubarbu, déjà amoureux de mère nature.

2. Introduction

Ce 1er août 2018, notre planète est entrée en situation de dépassement écologique mondial : en sept mois nous avons consommé plus que ce que la planète bleue peut nous procurer en une année entière. Les activités humaines utilisent des ressources naturelles que la Terre ne pourra pas reproduire d’ici à la fin de l’année, et de ce fait empiètent sur les ressources disponibles pour notre génération et inéluctablement pour les générations futures. Ce jour est nommé, à juste titre, « Le jour du dépassement de la Terre » (Earth Overshoot Day en anglais).

Cette date, fatidique, est toujours plus précoce : le 19 décembre en 1987, le 21 novembre en 1995, le 25 septembre en 2011 … et le 1 août en 2018, devenant le Jour du Dépassement Mondial le plus prématuré jamais enregistré. Ainsi, depuis les années 1980, l’Humanité est en situation de surconsommation écologique et cette tendance ne cesse de croître.

« On dit que l’humanité consomme 1,7 planète Terre. Nous pouvons inverser la tendance. Si nous faisons reculer la Journée du Dépassement Mondial de 4,5 jours chaque année, nous retrouverons l’équilibre de notre consommation avec les ressources d'une seule planète d'ici 2050. » WWF

Les dégradations de la planète Terre causées par l’homme — comme le réchauffement climatique et la perte de biodiversité par exemple — sont les conséquences d’une mauvaise gestion des ressources naturelles, matérielles, immatérielles, humaines et financières. Alors que seulement 20% de la population mondiale consomme plus de 80% des ressources naturelles actuelles et que ces ressources diminuent d’année en année, de plus en plus d’êtres humains ont accès à la vie numérique depuis un ordinateur, une tablette, ou encore un smartphone, avec des objets connectés toujours plus nombreux. Tous les appareils (ordinateurs, téléphones, serveurs, …), les périphériques (imprimante, disque dur,...) et les consommables (cartouche d'encre, papier,...) ont un impact sur la consommation d’énergie et sur l’empreinte carbone.

Pour vous donner une idée, d’après un rapport de Statista, 54% de la population mondiale a accès à Internet en 2018 — ce qui représente 4,28 milliards d’internautes dans le monde.

Ainsi, les outils digitaux nous séduisent de plus en plus et font maintenant partie de notre quotidien tant personnel que professionnel. Et cette évolution quantitative augmente l’impact associé à la fabrication et à l’utilisation du matériel. Le digital permet la communication instantanée, et présage moins de déplacements pour plus de collaborations, de partages, et d’échanges. Mais nous sommes de plus en plus équipés et nous renouvelons ce matériel de plus en plus rapidement.

Les objets connectés fonctionnent souvent 24 heures sur 24 et 365 jours par an. D’après un étude réalisée par We Are Social, le temps moyen passé sur le web est de six heures par jour, soit près de 30% du temps hors heures de sommeil.

« La consommation d’internet dans le monde en 2030 sera l’équivalent de la consommation de l’humanité en 2008. » Université de Dresde

La dématérialisation a donc un impact réel et quantifiable. D’où l’importance, tout au long de leur cycle de vie, de bien utiliser les objets qui nous sont devenus indispensables, qui sont devenus des outils de travail incontournables.

En tant qu’utilisateur, acteur, et aussi influenceur, l’entreprise digitale doit agir dès aujourd’hui pour en alléger ces retombées : il est fondamental d’acquérir des éco-gestes en entreprise, autant pour les éléments matérialisés que dématérialisés, afin de devenir une entreprise digitale éco-responsable.

3. Qu’est-ce qu’une entreprise éco-responsable ?

L’éco-responsabilité en entreprise digitale, c’est prendre en compte les différents impacts environnementaux de son fonctionnement numérique. C’est une démarche qui consiste à intégrer des éco-gestes concrets.

Pour mettre en place une dimension écologique 360° de façon optimale, il faut prendre en compte sa stratégie sur tous les niveaux : l’adhésion de son personnel et aussi de la direction, la mobilisation, les déplacements professionnels, la communication, son site Internet, ses services, ses produits, ses fournisseurs, … et plein d’autres domaines d’application. En d’autres mots : bien définir la stratégie RSE avant de réaliser toute action éco-responsable. L’objectif à terme est d’économiser au maximum les ressources naturelles et de minimiser l’impact environnemental et l’empreinte carbone de l’entreprise.

4. Problématique du Mémoire

De ces statistiques intéressantes et de ces observations personnelles en résulte la problématique ci-dessous :

Comment une entreprise digitale peut-elle devenir éco-responsable ?

Dans une première partie, nous aborderons quelles sont les motivations pour devenir une entreprise digitale éco-responsable. Nous montrerons ensuite dans une seconde partie comment en devenir une et comment le prouver au monde extérieur à l’entreprise.

5. Découvrir la suite du mémoire

Je vous invite à parcourir l'intégralité de mon Mémoire de fin d'étude via ce lien (PDF) et en découvrir la présentation orale associée ici (PDF).

  Projet précédent
Projet suivant